La Grande-Guerre racontée par les Poilus nous poilus notre site,notre histoire
La Grande-Guerre racontée par les Poilus

19 Fevrier 1914

Résultat de recherche d'images pour "soldats 1418"

________________

Aujourd'hui

dans

nos 

journaux

_____________

Les épidémies dans l'aMêê 
UNE CIRCULAIRE DE M. NOULENS 
Le ministre de la Guerre vient d'adresser 
aux commandants de corps d'armée de nou- 
velles prescriptions destinées à préciser et à 
rendre plus énergiques encore les mesures 
prises pour l'amélioration de l'état sanitaire 
de l'armée. 

La circulaire ministérielle invite le com- 
mandement et le service de santé à user lar- 
gement des réformes temporaires ou déiiniti- 
ves, des congés de convalescence et même 
des permissions de longue durée à titre de 
convalescence, ne comptant pas dans les 120 
jours prévus par la loi du 7 août 
Rappelant 1 engagement pris par lui de- 
vant la Chambra dans la séance du 13 fé- 
vrier dernier, le ministre prescrit aux com- 
mandants de corps d'armée de lui proposer, 
en temps utile, l'ajournerrlent ou la suppres- 
sion des appels de réservistes et de territo- 
riaux. 

A la veille des opérations de la revision, il 
rappelle enfin aux médecins les dispositions 
de l'arrêté du 14 janvier 1914, aux termes du- 
quel ne devront être considérés comme bons 
pour le service que les jeunes gens réunis- 
sant rigoureusement les conditions d'aptitu- 
de physique requises pour les engagés vo- 
lontaires. 

Dans un second paragraphe, la circulaire 
1 ministérielle attire de nouveau l'attention 
des généraux et des chefs de corps sur les 
prescriptions de la dépêche du 3 janvier der- 
nier, relatives à la progression de l'instruc- 
tion et la limitation au strict minimum des 
heures de service de garde, surtout pendant 
la nuit. 

Elle indique aux commandants d'unité et 
aux chefs de peloton qu'il est de leur devoir 
le plus élémentaire de veiller à la stricte ob- 
servation de ces prescriptions, parce que, vi- 
vant avec leurs hommes qu'ils peuvent voir 
journellement, ils sont le plus à même d'ap- 
précier les mesures qu'exige, à un moment 
donné, l'état de la température ou la fatigue 
de leur troupe. 

Après avoir accordé aux corps la faculté 
d'accroître encore les moyens de chauffage, 
de logement, de liferie, d'habillement et de 
nourriture mis à leur disposition, et de con- 
voquer, en cas d'insuffisance du personnel 
sanitaire, les médecins-majors de la réserve 
et de la territoriale, la circulaire fait appel à 
la liaison indispensable dn commandement 
et du service de «rirtê pour combattre l'évo- 
lution des maladies .épidémiques qui. depuis 
le milieu de janvier,' sont on voie de progres- 
sion sur les précédentes. 

POUR LES FAMILLES DES VICTIMES 
M. Henri Contant, député de la Seine, vient 
d'adresser la lettre suivante au ministre de 
la Guerre 

lyant l'intention de vous poser une question 
relative à louverWr'e 'd'un crédit, de 50,000 francs 
destiné à venir en aide aux parèïHs, veuves et 
orphelins des sous-officiers et soldats victimes 
des épidémies qui sévissent actuellement dans 
l"s garnisons, je vous demanderai donc de bien 
vouloir me faire connaitre la date à laquelle il 
vous sera possible de répondre à cette question. 
Veuillez agréer, etc. 

DANS LES GARNISONS 

Un nouveau décès. causé par la scarlatine, 
vient de se produire au 11 A infatuerie, à 
Trois soldats du 61" d'infanterie, à Aix-en- 
.Provenee, atteints de méningite cérébro- 
;spinale, ont été transportés à l'hôpital. 
M, Guerre a expérimenté avec succès 
ses flèches incendiaires 

M. Guerre, inventeur lyonnais, avait con- 
voqué, hier matin, à la tour Eiffel, plusieurs 
personnalités de l'aéronautique et quelques 

^aurnalis tes, pour 
procéder devant, eux, 
L-hes aériennes. 

Disons tout de suite 
que ces essais ont été 
très concluants. 

Du haut de la première plate -forme, 
l'inventeur lâcha sa flèche. Celle-ci, en 
tournant sur elle- même, vint se ficher 
en terre et s'enflamma rapidement, communiquant l'incendie 
à un tas de paille, préalablement disposé sur la pelouse. 
Ces flèches se composent d'un corps 
cylindro-coniqne portant d'une part une 
pointe d'acier qui, en heurtant un corps 
dur, déterminera l'incendie et, d'autre 
part, à l'autre extrémité du corps cylindro-conique

, un empennage cruciforme, 
qui, par sa disposition spéciale, fait 

La flèche incendiaire tourner la flèche sur 
de M. Guerre elle-même lors de la 
chute. 

A l'intérieur dû <5orps de la flèche se trouve 
un petit réservoir d'essence qui, au moment 
ou le choc, est percé par la tige d'acier. 
y Cette tige d'acier fait en même temps 
{fonctionner un déclanchement une poudre, 
sur laquelle M. Guerre n'a pas voulu nous 
,donner de détails, est alors allumée et cette 
légère déflagration produit à son tour l'inh'uammation de l'essence. 

A l'issue de cette expérience, la. Guerre 
'fut vivement félicité par les personnes présentes. 

Ajoutons que de nouveaux essais auront 
lieu aujourd'hui à Bue, à l'aérodrome TJlé- 
riot, et les flèches seront alors lancées d'un 
aéroplane en plein vol. 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire